Bordures du champ secret

22 janvier 2014

Dialogue...

 

P1010892

 Les Bordures du Champ secret

une année en poésie,    

Table des poèmes   Table des auteurs

Chaque semaine, durant un an, celles et ceux qui  ont posté ici leurs vers libres n'ont pas compté

 les plus de 400 textes publiés.

Nombre de lecteurs ont pu les apprécier,

si l'on considère les  milliers de visites dans cet espace. 

Publication à venir des poèmes des Bordures, une petite anthologie. 

 


 

Bonjour à toutes et tous,

 

 

Les « Dialogues  dans les Bordures» débutent le 15 février.

Vous allez recevoir sous peu quelques indications pour accéder aux pages qui les accueillent.

 

Trois poèmes seront les premières invitations au dialogue. Chacun réagira à sa façon à partir de ces textes (je veux dire de l’un d’entre eux), à partir d’un mot, d’un vers, d’un thème, d’une émotion, de la couleur de l’instant.

Chacun réagira à sa façon poétique et donc peut-être, sans dialoguer avec ces textes, mais totalement à sa guise.

 

Ce que l’on sait :

 

-       Il y aura un espace public où toutes et tous vous pourrez dialoguer avec les œuvres

-       Il y aura des espaces réservés pour des dialogues plus restreints.

-       Il y aura, enfin, des espaces pour des dialogues privés et cela ne me regarde pas.

-       Les commentaires seront des contributions au dialogue, simple remarque en passant ou invitation vers un sujet particulier ou controverse ou parabole.

-       On ne pourra pas liker, ou être un follower, et ça, c’est déjà bien.

 

Onze participantes et participants pour l’instant, j’entends des murmures dans les Bordures.

A très bientôt.

 

 

 

 

 

Le recueil des Bordures du Champ secret est désormais achevé. Une dernière relecture par les auteurs et il sera confié à l’imprimeur…

 

 Voici  « Dialogue ».

Tout est posé dans le titre.

Le support de nos échanges étant souvent la voie électronique, je propose de prendre au mot la définition donnée par Wikipédia de « dialogue » :

« Le mot « dialogue » (du grec ancien διάλογος - composé du préfixe « διά » : « au travers, par, entre », et du radical « λόγος » : « parole, raison, verbe » -, c'est-à-dire littéralement : « une parole raisonnée et agissante, qui pénètre, tranche et traverse complètement et méticuleusement ») désigne un type de communication entre plusieurs personnes ou groupes de personnes. Le dialogue se distingue de la discussion et du débat : il réfère à un mode de conversation qui comporte nécessairement raisondiscernement, exactitude et sagesse ».

 

Sans thème imposé, à partir d’un premier texte, d’une image, d’une mélodie (…) selon le choix de chacun, proposés par les auteurs dans cette nouvelle saison des Bordures, il s’agit sans en définir préalablement ni la forme, ni le sens, sans en expliquer les raisons, de formuler une réponse sous une forme ou sous une autre.

 

Bien entendu, les auteurs pourront réagir aux premiers échanges et entrer dans le dialogue…

 

Les textes seront publiés dans les Bordures du Champ secret et pourront faire l’objet, avec l’autorisation des auteurs, de mise en espace, de lectures, d’une exposition, d’enregistrements sonores ou video, à l’occasion du Festival Pliant en mai.  Ils pourront également, nous l’avons fait cette année, aboutir à une publication papier. Dans ce cas, un comité éditorial travaillera préalablement au choix et à la mise en valeur des dialogues.

 Voici pour la partie austère de présentation.

La proposition est adressée à des amis qui publient et surtout écrivent régulièrement.

Ici point d’atelier d’écriture, juste le plaisir de lancer un propos et de le voir nourrir le dialogue, de répondre à d’autres ou à soi-même. Vous savez tous comment les hommes dialoguent, avec quelle raison, quel discernement, quelle exactitude et quelle sagesse. Maintenant c’est à vous.  

 Les premières propositions sont attendues pour le 15 février. Dites-moi simplement auparavant (un mot, un signe) si vous participez.

Ces dialogues, au moins sous la forme proposée (chacun poursuivra à sa guise) cesseront le 15 avril.

 

Amicalement

Jean-Paul Raffel

Posté par Jean-Paul Raffel à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 août 2013

P1010887

   

 

 

Thème de la semaine

 

 

Quelque chose a dû cesser quelque part

 

 


 

 
 

  

 

 

- Dans la  table des poèmes, accès aux poèmes par thèmes, indication des poèmes retenus pour le Champ secret.
- Dans la table des auteurs, accès à leurs poèmes en cliquant sur le nom de l'auteur.

 


 

Posté par Jean-Paul Raffel à 21:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 août 2013

Aveu

 

Les mots qu’on ne dit pas

ne sont pas les moins beaux

les mots qu’on n’écrit pas

les moins sensés

car sans pouvoir les dire

on les a fredonnés

sans pouvoir les écrire

on les a dessinés

tends l’oreille

au braiement de l’âne

reconnais-toi

dans le gribouillage de l’idiot

toute pelote

le nœud le plus serré

chaque spasme du temps

ta vie

la mienne

ont leur gamme et leur alphabet

leur poids et leur mesure

un début et une fin

 

 

Posté par Nausiphous à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2013

Oubliette

 

Autrefois on lui reprochait

d’avoir des choses

une vision floue

à lui qui voyait avec précision

le flou des choses

aujourd’hui

avec pour lentilles

ses larmes ou les vôtres

il scrute le néant

où se glisse tantôt

souverainement

une lame de soleil

 

 

Posté par Nausiphous à 05:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2013

#RIP

 

 

 

 

Une douleur pieuse reste une douleur croyez-moi
Nombre de fois je fus tenté de croire pour échapper
Mais on n’échappe pas
Je le vis une fois faire son signe en cachette devant la cheminée
Que fais-tu ?
Je dis bonsoir aux Saints
Je dis bonsoir
Admirable deux fois
L’une de tenir bon, malgré les peurs
L’autre de se sentir plus fort
D’avoir prié le plâtre peint
Tendre le pouce sous la pluie
Peut, au bord de la route, arrêter les autos
Les gens sont bien gentils
C’est le seul signe que je fasse
Comme d’appeler le garçon ou de héler un taxi
Faites du stop devant un calvaire
Comme le fit Pascal
Vous verrez bien qui vous prendra

 

 

© jpr 23 juin 2013

 

Posté par Jean-Paul Raffel à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Salut

 

Voici pour deux sous d’énigme

une aumône au genre humain

l’histoire d’une fillette

qui trafique avec le ciel

Elle a si mal pour son père

qu’elle est blanche comme un cierge

plus candide que l’émail

de son âme Et sa prière

est exaucée La petite

sort de l’église saint chose

À peine a-t-elle posé

le pied sur la marche grise

la voilà récompensée

d’une belle affection

Certains se récrient Pourquoi

une telle caution

à l’Infâme Mes amis

vous vous trompez Ma grand-mère

qui survécut pensez donc

et survit dans cet aveu

aimait croire

 

 

Posté par POETE SECRET à 18:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 juin 2013

Mal dit

 

Que pourrais-je bien taire aujourd’hui

bien taire ou bien dire

je crains de devoir me taire

pour ne savoir taire

et ce m’est une douleur plus grande

de ne savoir taire sans me taire

que de ne savoir dire sans me dire

 

 

Posté par Nausiphous à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2013

Les masques

 

 

 

 

 

J’ai vécu près de vous
Portraits vivants de vos masques mortuaires
Je croise vos semblables, ils écrivent leurs lettres en patois de formulaire
Même en n’existant qu’à peine on existe toujours trop dans vos parages
Si je tire aujourd’hui la passerelle
C’est pour retrouver le goût et l’odorat, le droit de prendre l’air
Un orgueil toutefois, même en respirant d’une narine, je garde intact mon livre fermé
Roman de gare, de quai, roman de port, roman d’écluse, roman d’étrave, roman du large

 

 

 

 

 

 

© jpr 16 juin 2013

 

Posté par Jean-Paul Raffel à 22:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Inde

 

Un poète

quelquefois voyant mais etc.

disait

que le monde à lorgueil est un livre fermé

L’aveugle en a vu d’autres

D’autres quoi

d’autres aveugles peut-être

Oui

entre autres

 

 

Posté par POETE SECRET à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2013

Pli sous cieux

 

Vois cette ride au front de l’aède

elle te guide vers sa lumière

dépose tout orgueil et remonte

cette ravine jusqu’à la source

déchiffre ce pli lis l’heure inscrite

en creux au cadran lunaire à l’aide

de l’exact fléau déchiffre le prix

de l’équilibre goûte le miel

éternise-toi éternue-moi

 

 

Posté par Nausiphous à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »